ACTUALITÉS

Fédération Wallonie-Bruxelles
Blocus, session à distance, confinement… Courage les jeunes !
Le mercredi 30 décembre 2020

On les a traités d’irresponsables, de fêtards dangereux ou encore d’insouciants, ils se révèlent surtout être inquiets et en souffrance. À la veille des fêtes de fin d’année, l’ambiance est morose pour les jeunes.

Ils ont 20 ans, l’âge de toutes les audaces, des voyages, des fêtes, de la vie avec les amis en kot et des moments inoubliables. Enfin, ça, c’était avant. Pour Camille, Manuel, Sébastien et tous les autres, la vie est plutôt rude. Face à eux, en plus de la pandémie, et des contraintes de la crise, il y a une épreuve de taille : la session d’examens. Certains passeront des épreuves avec des enseignants qu’ils n’ont jamais rencontrés, d’autres n’ont plus mis le nez dehors depuis des semaines, et resteront aussi à la maison pour leurs examens de janvier.
Depuis un mois, Camille, étudiante en 3e bac, est en stage. Elle était censée passer deux mois dans une association d’éducation permanente, pour y recueillir les informations utiles qui serviront à son travail de fin d’études. Covid oblige, la jeune fille fait son stage partiellement en télétravail, et n’a pas de contact avec le public. Elle n’a pas pu rencontrer les forces vives de l’association, et se demande comment elle va pouvoir finaliser son mémoire. Elle se demande aussi si sa formation aura vraiment de la valeur, alors que depuis mars dernier, elle n’a même pas eu la moitié des cours prévus au programme. Les employeurs la prendront-ils au sérieux en voyant sur son CV “Diplômée en 2021” ?
Sébastien, étudiant en 2ième Master de Droit, a perdu son job étudiant. Il a été privé de son séjour Erasmus et a également dû reprogrammer ses stages. Financièrement, il est aidé par ses parents, pourtant fortement affectés par la crise. Il est conscient de sa chance mais a l’impression d’être privé de l’apprentissage humain qui accompagne les études, des aventures et des erreurs qui ébauchent une expérience de vie. Autour de lui, certains restent à temps plein dans leur kots pour préserver la santé de leurs parents, d’autres ont perdu un revenu indispensable à leurs besoins essentiels. Pour Sébastien, chacun tente de faire du mieux qu’il peut. Il regrette que le message soit trop souvent accusateur envers les jeunes :
Ce n’est pas les jeunes contre les vieux. Nous sommes tous ensemble, responsables, et nous devons faire face ensemble”. Quand on lui demande quelle aide il souhaiterait recevoir, Sébastien propose en vrac : des allocations familiales majorées pendant la crise, des décisions anticipées, claires et stables, notamment sur l’organisation des examens, une révision du minerval à la baisse… et surtout, un accompagnement concret, pratique, entre la fin des études et le premier emploi.
À tous ces jeunes qui encaissent, doutent, s’inquiètent, stressent, nous disons : “Courage. Ne baissez pas les bras. Exprimez vos besoins et demandez de l’aide, nous répondrons “présents !”.
Oui, vos conditions d’apprentissage sont difficiles ; oui, vous avez le droit d’être en colère, d’avoir peur, d’être triste, et même parfois d’avoir envie de tout arrêter. Mais ne lâchez rien maintenant.
Quand viendra le moment de se relever de cette violente crise, il y aura de belles choses à faire, ensemble. On ne vous laissera pas tomber. Vous n’aurez peut-être pas appris ce qu’il y avait au programme des cours, mais vous avez développé d’autres talents.
Parmi vous, certains se sont investis dans des activités de bénévolat, d’autres ont bossé d’arrache-pied, souvent en solitaire, pour finir travaux et projets. Certains se sont remis au sport avec rigueur, d’autres ont juste fait tout ce qu’ils pouvaient pour survivre. A tous, nous disons : “Chapeau les jeunes, et merci de vos efforts jusqu’ici. Tenez bon, encore un peu”.
Vous avez de la valeur, des idées, des projets. Ce que vous vivez aujourd’hui, utilisez-le pour construire demain en mieux. Développez vos idées pour sauver la planète, rêvez plus fort et plus grand, éclairez la route. C’est votre vie, votre avenir.
Avec les enseignants qui les équipent pour l’avenir, les parents qui les voient devenir adultes, les grands-parents à qui ils manquent, les petits frères qui veulent jouer à la console, le chien qui réclame sa promenade, soutenons-les, écoutons-les, accompagnons-les. Ils ont encore besoin de nous, de nos encouragements, de notre bienveillance.
Que ce soit avec une dose de chocolat, une pause bienveillante ou quelques mots d’encouragement, soyons présents pour les écouter et les aider à atteindre la rive, à réussir ces épreuves, peu importe la forme qu’elles prennent, et à aller de l’avant. Gardons un peu de temps sur la journée pour parler, prendre l’air, envoyer un message, passer un appel téléphonique. C’est peut-être ce geste, ce moment qui aideront chacun à garder le cap.

DéFI demande aux gouvernements en charge de l’enseignement, de la formation, de l’emploi
● d’organiser – pour celles et ceux qui le souhaitent – un complément de formation pour les étudiant.e.s n’ayant pas pu la suivre dans son entièreté ;
● de prévoir pour les jeunes diplômés un accompagnement spécifique pour démarrer leur vie professionnelle dans les meilleures conditions possibles ;
● de faciliter l’organisation de stages complémentaires, éventuellement pendant les grandes vacances, à valoriser comme temps de formation.

Dans la même rubrique
12 DéFIs pour relancer la Wallonie
Plan de relance 12 DéFIs pour relancer la Wallonie
AViQ : de l’exemplarité et de la transparence versus mauvaise gouvernance !
Wallonie AViQ : de l’exemplarité et de la transparence versus mauvaise gouvernance !
DéFI exige plus de prévention et de suivi pour les auteurs de maltraitances animales
Bien-être animal DéFI exige plus de prévention et de suivi pour les auteurs de maltraitances animales
Du wifi gratuit dans toutes les écoles communales
Tubize Du wifi gratuit dans toutes les écoles communales
Du Brabant wallon au Brabant flamand en vélo sur les traces du Big Bang
Du Brabant wallon au Brabant flamand en vélo sur les traces du Big Bang
Les vœux de notre Président, François De Smet
Vers 2021 Les vœux de notre Président, François De Smet